La maladroite - Alexandre Seurat

Afficher l'image d'origine

Ce qu'en dit l'éditeur :

"Je voudrais me rappeler Diana, mieux que je ne peux en vrai. Je voudrais me rappeler tout ce que Diana et moi nous n'avons jamais fait ensemble, comme si nous l'avions fait. Parfois j'écoute des musiques de notre enfance, et je voudrais que la musique ne me rappelle rien, parce que nous n'étions pas ensemble, nous n'avons pas vécu la même enfance."

Diana, 8 ans, a disparu. Ceux qui l'ont approchée dans sa courte vie viennent prendre la parole et nous dire ce qui s'est noué sous leurs yeux, institutrices, médecins, gendarmes, assistantes sociales, grand-mère, tante et demi-frère...

Ce chœur de voix, écrit dans une langue dégagée de tout effet de style, est d'une authenticité à couper le souffle. Un premier roman d'une rare nécessité.

Mon avis :

Pour un premier roman, Alexandre Seurat n'a pas choisi un thème facile. La violence sur des enfants est un sujet dur, tabou, souvent ignoré, aussi bien des autorités, des administrations mais aussi des proches.

Un roman qui fait prendre la parole, tour à tour, des personnes ayant côtoyer Diana, qui ont essayé de faire quelque chose pour la soustraire de ce calvaire, mais malheureusement, sans réussir.

Un livre qui ne juge pas mais qui veut nous faire prendre conscience que ce genre de traitement envers des enfants n'est pas tolérable et qu'il faut essayer de faire son maximum avant qu'un drame ne survienne et ainsi regretter de n'avoir rien fait pour l'enfant, ne pas se dire que cela ne nous regarde pas vu que ça se passe chez les autres.

Un livre qui bouleverse, qui perturbe, qui fait réfléchir et qui nous fera sûrement voir autrement des blessures sur des enfants qui auraient pu passer inaperçues avant.